How to… stimuler les capacités restantes lors des transferts (BONS GESTES 1/3)

Chez les sujets âgés fragiles, il existe un risque important de voir s’installer un oubli des programmes moteurs et posturaux (Mourey 2007). En pratique, un patient âgé fragile peut perdre rapidement la capacité à se lever d’un lit ou d’un fauteuil au bout de quelques jours d’inactivité ou dans les suites immédiates d’une chute.

Indépendamment des techniques de manutention bien connues, une approche gestuelle spécifique s’impose afin de préserver, en les sollicitant, les capacités motrices et posturales restantes des personnes âgées fragiles. Les modalités pratiques sont basées sur le respect du geste physiologique et sa répétition (Mourey 2011).

L’infographie disponible ici :  BONS GESTES 1  permet de définir le geste optimal, sa stimulation et les exercices de rééducation pour favoriser sa réussite.

⊗  

Merci Marine pour ces infographies, et à vos BONS GESTES !

How to rehab … La planification motrice

Marine revient en image sur la rééducation de la planification motrice !

Comment rééduquer la planification chez le sujet âgé fragile ?

La planification est un automatisme moteur le plus souvent inconscient, mais possiblement conscient. En rééducation, l’approche consciente de la planification est souvent utilisée, en fonction des capacités cognitives du patient.

Les principes de rééducation diffèrent selon ces capacités cognitives :

Patient sans trouble cognitif

Patient avec troubles cognitifs

Utilisation des consignes

jusqu’à l’automatisation (qui se travaille avec des exercices en double tâche)

Utilisation de l’observation d’action et de l’imitation

Imagerie motrice EXPLICITE = simulation mentale explicite du mouvement

(Saimpont 2013)

Imagerie motrice

IMPLICITE : techniques cognitives telle que la Graded Motor Imagery

(Moseley 2004)

 

Exemples d’exercices

Exercice n°1 : travail implicite de flexion du tronc (= sans consigne de se pencher en avant)

Consignes données au patient :

  • empiler les cônes de gauche sur le cône de gauche
  • poser une balle de tennis sur chaque cône posé au sol puis levez-vous

 

Exercice n°2 : reconstitution séquence motrice à l’aide d’images = imagerie motrice implicite

Exercice n°3 : reconstitution d’une séquence motrice avec une application numérique (photo de gauche = transfert couché-assis / photo de droite = séquence du relever du sol). Cette application gratuite est disponible sur le lien suivant : http://maami-appli.fr/

How to assess … La planification motrice ?

Qu’est-ce que la planification ?

La planification est l’étape nécessaire pour construire la base du programme moteur (Uno et al. 1989). Elle permet la gestion de l’enchainement des programmes moteurs.

La planification est liée au rôle moteur du cortex frontal au niveau cérébral.

Exemple : les différentes étapes à planifier lors du transfert assis-debout

    1 – Avancée des fesses

            2 – Recul des pieds

            3 – Inclinaison du tronc

            4 – Poussée simultanée sur les membres supérieurs et inférieurs

 

Quelles déficiences au niveau de la planification sont retrouvées lors du vieillissement ?

  • Angle du tronc réduit de moitié pendant les transferts assis-debout et debout-assis chez des sujets âgés fragiles (Hassani et al. 2015)
  • Déficit d’inclinaison du tronc chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer (Manckoundia et al. 2006)
  • Difficultés pour retrouver les différentes étapes pour reconstituer un puzzle moteur du relever du sol (Saimpont et al. 2009)

 

Comment évaluer la planification chez le sujet âgé fragile ?

Cf EquiMoG (onglet Documents Physios) => 3 mouvements clés

  • Transfert assis-debout et Transfert debout-assis : la séquence motrice utilisée est optimale : la flexion du tronc représente une étape primordiale)
  • Demi-tour : L’un des deux pieds (en général celui de l’intérieur du virage) s’oriente en direction du demi-tour avant que la rotation du tronc n’intervienne (Akram et al 2010)

 

A vous d’évaluer !

Focus on … La puissance musculaire

Vous êtes plutôt PUISSANCE musculaire ou FORCE musculaire…???

La puissance musculaire consiste à développer une force sur une durée courte. En cas de manque de puissance musculaire, la force ne pourra pas être developpée rapidement par le muscle.

Il est intéressant de noter que la puissance musculaire des membres inférieurs est corrélée au statut fonctionnel chez des patients âgés fragiles, et non la force musculaire (Foldvari et al, 2000).

Un test est très bien validé pour évaluer la puissance musclaire des membres INF : Le 30”CHAIR TEST (Smith et al 2010) : Il s’agit de demander au patient de se lever et de s’assoir autant qu’il le peut pendant 30 secondes. En dessous de 5 transferts assis-debout et debout-assis = Déficit de puissance musculaire des MI.

Chair Stand Test

 

En pratique, ce test est souvent trop difficile pour nos patients fragiles puisqu’il se pratique sans l’aide des accoudoirs, c’est pourquoi une adaptation est proposée dans le Frail’Bestest avec l’aide des accoudoirs et une durée de 15 secondes (voir documents Physio – Frail’Bestest)

Biblio :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10811148

https://www.dovepress.com/articles.php?article_id=4771

Presser le dynamomètre pour se faire repérer

L’article précédent précisait les critères de Fried pour le repérage de la fragilité.

Concernant la perte de force, il s’agit de mesurer la force de préhension au niveau de la main dominante du patient afin d’évaluer une faiblesse anormale signant une probable fragilité motrice.

Pour nous aider dans cette tâche,  nous a mis au point un petit calculateur :

Il suffit d’entrer le genre, l’âge et la force mesurée par le dynamomètre, et vous obtenez la différence avec la mesure habituelle. Si le résultat est négatif, le patient est en dessous du résultat attendu.

Ce calcul se base sur les niveaux de force de préhension mesurés selon l’âge dans une méta-analyse par Avan Sayer   :

Data Source: Grip Strength across the Life Course: Normative Data from Twelve British Studies Dodds RM et al. (2014) PLOS ONE 9(12): e113637. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0113637

Merci à eux pour cet outil applicable pour mieux repérer la fragilité et mesurer l’évolution du patient !

Repérer la Fragilité

Comment repérer la fragilité ? Plusieurs études ont tenté de répondre à cette question. Dans une population “large”, incluant des patients de tout niveau fonctionnel, les critères de Fried (Fried et al, 2001) sont très utilisés par des médecins ou les physiothérapeutes. Car oui, même si la prescription* indique que c’est l’épaule de Madame Lapatiente qui doit être rééduquée… celle-ci aurait probablement intérêt à bénéficier d’une prise en charge globale dans le cadre de sa fragilité motrice.

Pour être considérée comme fragile, une personne doit présenter au moins 3 des facteurs suivants :

Perte de poids involontaire au cours de la dernière année
Vitesse de marche lente (<0,65m/s)
Perte de force musculaire (grip strenght, voir article suivant)
Fatigue ressentie par le patient
Activités physiques réduites

Voici un préalable à intégrer au début de toute séance d’évaluation en vue de ne pas passer à côté du diagnostic !!!

*La question de la pertinence de la prescription en question est bien réelle mais s’inscrit dans un autre débat 😉

Un topo pour EVALUER cliniquement les anticipations posturales !

Nous en avons déjà beaucoup parlé, les anticipations posturales peuvent être déficitaires chez des patients fragiles. Mais comment mener l’évaluation qui nous permettra de cibler une déficience sur ce versant du contrôle moteur ?

La réponse dans un petit topo dont l’obectif est de préciser le diagnostic différentiel autour de deux mouvements clefs que l’on retrouve dans EquiMoG.

N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences dans ce domaine !

L’équipe P4F