Le type et le niveau de difficulté de l’exercice en double tâche

Lorsque vous repérez un trouble d’automatisme locomoteur en double-tâche cognitive (notamment dans la partie “locomotion” d’EquiMoG), vous en faites une priorité de traitement.

Mais lors de la mise en place de l’exercice, quel type et quel niveau de difficulté choisissez-vous pour cette tâche cognitive que vous greffez sur la tâche motrice ?

Est-il utile de faire faire une tâche très difficile au patient ? Faut-il préférez le sémantique, le calculatoire.. l’écologique (conversation) ?

Beaucoup de questions restent sans réponses dans ce domaine… il reste du boulot 😉

N’hésitez pas à nous contactez pour réfléchir à la mise en place d’un protocole